Forum Histoire De L'espace-ASTRONAUTIQUE
"L'histoire me sera indulgente, car j'ai l'intention de l'écrire."
Winston Churchill

"Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue."
Albert Einstein
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 14 le Mer 30 Juil 2014 - 22:25
Derniers sujets
» Sonde Rosetta
par dolise Ven 11 Déc 2015 - 5:49

» Le télescope James Webb
par dolise Sam 21 Nov 2015 - 10:30

» Thomas Pesquet spationaute(ESA)
par dolise Ven 20 Nov 2015 - 6:21

» ROVER MSL (Mars Science Laboratory)
par dolise Ven 20 Nov 2015 - 6:03

» La sonde ExoMars
par dolise Mar 17 Nov 2015 - 6:12

» CHEOPS
par dolise Lun 16 Nov 2015 - 6:24

» Philae
par dolise Ven 6 Nov 2015 - 6:03

» La Sonde New Horizons
par dolise Ven 6 Nov 2015 - 5:57

» ISS : habitée depuis 15 ans sans interruption
par dolise Mer 4 Nov 2015 - 5:57

Visiter ForumLinker.com : Annuaire des Forums
Recherche avec Seek
Annuaire




Galileo(localisation par satéllite)

Aller en bas

Galileo(localisation par satéllite)

Message par dolise le Lun 13 Déc 2010 - 16:17

la station de Redu (ESTRACK Redu) dans la province belge de Luxembourg a inauguré ses installations de tests en orbite (In-Orbit Testing Facilities) pour Galileo. Cette inauguration représente une étape importante dans la phase In-Orbit Validation (IOV) de Galileo, le système de navigation par satellites qui est financé par la Communauté Européenne et par l’ European Space Agency (ESA).

Dans le cadre du programme Galileo, l’ infrastructure de Redu a été agrandie pour accueillir, de façon sécurisée, les installations opérationnelles IOT des satellites Galileo, ainsi que le segment sol de mission de l’infrastructure Galileo Sensor Station (GSS). L’objectif principal des installations opérationnelles IOT est de vérifier que la charge utile des satellites Galileo IOV n’a subi aucune dégradation de ses performances, à la suite de la phase de lancement. La campagne d’essais comprend l’acquisition des mesures en vol des paramètres des fréquences radio (RF) et de la bande de base (Baseband), tant pour les liaisons descendantes en bande L que pour les liaisons montantes en bande C.
L’inauguration à Redu constitue un pas essentiel dans la phase In-Orbit Validation (IOV) du programme Galileo. Le lancement des deux premiers satellites de la constellation Galileo est prévu à la mi-2011 au moyen d’une fusée Soyouz qui prendra son vol au Centre Spatial Guyanais de Kourou.
Le segment sol de Galileo, servant à la phase In-Orbit Validation (IOV) , comprendra 18 Galileo Sensor Stations (mesures des performances), 5 stations de communications vers les satellites, 2 stations TT & C (Telemetry, Tracking and Command), et 2 Centres de Contrôle Galileo (GCCs). Ces Centres de Contrôle sont implantés à Fucino en Italie et à Oberpfaffenhofen en Allemagne. Les données que reçoivent les Galileo Sensor Stations seront transmises de façon continue aux GCCs pour y être traitées . Il s’agira de déterminer que les messages de navigation et d’intégrité sont bien renvoyés aux satellites via les stations de communications.
Le système Galileo aura la capacité d’informer directement ses utilisateurs au sujet du niveau d’intégrité de ses signaux. Ce qui représente une avancée majeure par rapport aux autres systèmes de navigation par satellites. Galileo pourra garantir la disponibilité de son service en toute circonstance, voire dans les conditions les plus extrêmes et il informera ses utilisateurs à la seconde près au sujet de la panne d’un satellite de la constellation. Cet atout est indispensable pour des applications où la sécurité est cruciale, ce qui est le cas pour les trains à grande vitesse, les véhicules à guider avec précision, les avions à l’atterrissage, ainsi que lors des opérations de recherche et de sauvetage
“Galileo arrive. Un autre segment important du système européen de navigation globale par satellites est à présent prêt. Nous allons pas à pas de l’avant”, a déclaré René Oosterlinck, le Directeur du programme Galileo est des activités liées à la navigation par satellite.



The C-band antenna for Galileo in-orbit testing at ESA's Redu ground station.



The L-band antenna for Galileo in-orbit testing at ESA's Redu ground station.



The ultra high frequency (UHF) antenna for Galileo in-orbit testing at ESA's Redu ground station.

_________________
C est un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l humanité

Neil Armstrong
avatar
dolise
créateur

Masculin Messages : 1327
Age : 47
Localisation : la voie lactée

http://cosmos.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Galileo(localisation par satéllite)

Message par zarin le Lun 13 Déc 2010 - 17:30

inauguration a Esrange en Suéde de la station sol


avatar
zarin

Masculin Messages : 394
Age : 34
Localisation : terre

http://cosmos.forumgratuit.org/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Galileo(localisation par satéllite)

Message par framie le Mer 15 Déc 2010 - 6:28

il avance bien vite
surtous que les tirs vont bientot comencée

_________________
un rêve une passion l'astronautique tres heureux
avatar
framie
moderateur 1
moderateur 1

Masculin Messages : 332
Age : 40
Localisation : R-P

Revenir en haut Aller en bas

La station du Fucino

Message par framie le Jeu 20 Jan 2011 - 16:12

Depuis le 20 décembre 2010, le centre névralgique du système Galileo est officiellement en service. Situé au Fucino, dans la région des Abruzzes, il présidera tous les services de navigation fournis par le système de positionnement satellitaire européen. La station du Fucino, située à 130 km à l'est de la capitale italienne, a été inaugurée par le Vice-président de la Commission européenne, chargé de l'industrie et de l'entreprenariat, Antonio Tajani.

Avec le centre d'Oberpfaffenhoffen près de Munich, en Allemagne, celui du Fucino sera un des deux centres de contrôle de Galileo (GCC) préposés au contrôle des satellites de la constellation Galileo ainsi qu'à la gestion des services de navigation que ceux-ci offriront.

Avec le lancement des deux premiers satellites de validation en orbite prévu pour 2011, Galileo sera bientôt une réalité. C'est pourquoi un véritable réseau de stations au sol est en train de se créer au niveau mondial, dont la tâche sera de contrôler la qualité du signal de Galileo, de suivre les traces des satellites et d'envoyer les commandes. Le coeur de ce grand réseau sont les deux centres jumeaux de contrôle (GCCs) et bien qu'ils se partagent les responsabilités, ils ont été conçus de manière à être parfaitement redondants, c'est-à-dire que l'un peut prendre la place de l'autre en cas de besoin vu que Galileo devra être opérationnel 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Tandis que le Centre de Contrôle de Galileo d'Oberpfaffenhofen sera chargé de contrôler les satellites dans l'espace, celui du Fucino aura officiellement la responsabilité pour tous les services de navigation fournis par le système Galileo. Le centre génèrera, transmettra et distribuera le signal de navigation, en assurant son intégrité, sa qualité et sa précision. En outre, il maintiendra les horloges à bord de chaque satellite de la constellation synchronisées avec le système Galileo général.

Le Centre de Contrôle de Galileo du Fucino est situé dans une des plus grandes stations de communication satellitaire du monde. Ouverte en 1963, elle héberge plus de 90 antennes réparties sur un territoire de 370.000 mètres carrés et est utilisée par de nombreux opérateurs commerciaux de services satellitaires. Le centre a été construit par Telespazio, qui gère la station au sol du Fucino. De même que son équivalent en Allemagne, il sera opéré par Spaceopal, une joint-venture paritaire entre Telespazio et Gesellschaft für Raumfahrtanwendunger (GfR) mbH, la société créée par le Centre Spatial Allemand DLR pour fournir les services opérationnels pour le système Galileo.


http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/65541.htm

_________________
un rêve une passion l'astronautique tres heureux
avatar
framie
moderateur 1
moderateur 1

Masculin Messages : 332
Age : 40
Localisation : R-P

Revenir en haut Aller en bas

Re: Galileo(localisation par satéllite)

Message par dolise le Sam 22 Jan 2011 - 6:58

Étape importante pour le système de navigation européen:un de ses quatre futurs satellites de validation est en ce moment testé dans un centre de l’ESA aux Pays-Bas.
Aujourd’hui, avec un appareil de la taille d’un téléphone portable, on peut savoir où on est sur le globe avec une précision de quelques mètres.Cet appareil est un récepteur GPS (Global Positioning System) et,comme son nom l’indique,il reçoit des signaux,en l'occurrence venus de plusieurs satellites qui orbitent autour de la Terre à environ 20.000 km d’altitude, et à partir desquels il calcule l’endroit exact où vous êtes. Le GPS a été initié par le département de la défense américain.Les Soviétiques puis aujourd’hui les Russes ont un équivalent avec le Glonass.Et dans les années à venir,l’Europe possédera son propre système:Galileo.Vibrations, bruit intense... Bref:torturés
En août de cette année, deux satellites Galileo dits IOV (pour In-Orbit Validation) s’envoleront du Centre Spatial Guyanais au sommet d’une fusée Soyouz.Avec deux autres lancés plus tard, ils permettront de valider (d’où le terme Validation de IOV) les solutions techniques retenues pour le fonctionnement du système de navigation par satellite européen.Mais auparavant,ces satellites réalisés par les sociétés EADS Astrium et Thales Alenia Space doivent démontrer qu’ils sont prêts à surmonter les rigueurs du voyage sur leur lanceur.C’est pourquoi l’un d’entre eux, baptisé PFM (ProtoFlight Model) se trouve en ce moment à l’ESTEC, un centre technique de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) aux Pays-Bas.
Là-bas, il sera exposé à des intensités sonores qui tueraient un être humain (reproduction du bruit subi sous la coiffe du lanceur Soyouz),mais aussi soumis à des vibrations qui mettraient à mal nos appareils électroniques de tous les jours.En bref, des «tortures» qui simulent à la perfection les conditions de l'ascension
vers son orbite de travail à un peu plus de 20.000 km d’altitude. En fait,les techniciens poussent même les «agressions» un cran au-dessus de la réalité afin de s’assurer qu’une marge de sécurité existe.Ce «certificat d’aptitude au lancement» complète d’autres tests menés pour vérifier que les satellites peuvent affronter les rigueurs de l’orbite terrestre (par exemple des essais de résistance thermique dans le vide).À l’horizon 2015, 18 satellites devraient être sur orbite afin de démarrer la phase opérationnelle de Galileo,à savoirun service de géolocalisation civil. À terme, le système totalisera une trentaine de satellites.



_________________
C est un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l humanité

Neil Armstrong
avatar
dolise
créateur

Masculin Messages : 1327
Age : 47
Localisation : la voie lactée

http://cosmos.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Galileo a besoin de 1,9 md de plus

Message par dolise le Dim 23 Jan 2011 - 17:24

Galileo, le principal programme spatial européen, a besoin de 1,9 milliard d'euros supplémentaires pour rendre opérationnel son système de navigation par satellite, a annoncé mardi la Commission européenne.

Le projet, facturé dernièrement à 3,4 milliards d'euros sur la période 2007-2013, a été ralenti par les différends concernant son financement et qui ont seulement pris fin lorsque les 27 pays de l'Union européenne ont accepté d'investir des fonds publics après le retrait des bailleurs de fonds privés en 2007. Ce réseau de 18 satellites au moins est censé être opérationnel d'ici à 2014 pour concurrencer son équivalent américain, le Global Positionning System Network (GPS), qui domine le marché ainsi que les systèmes propres que la Chine et la Russie prévoient de lancer.

La somme de 3,4 milliards d'euros n'est pas suffisante pour terminer les infrastructures qui découlent du programme Galileo, en raison de la hausse des coûts de la phase de développement et de la hausse des prix des lanceurs, entre autres, déclare la Commission dans son rapport à mi-parcours. Une injection d'argent supplémentaire de quelque 1,9 milliard d'euros sera nécessaire pour achever l'infrastructure du programme, précise-t-elle.

Le commissaire européen à l'Industrie, l'italien Antonio Tajani, a dit qu'il s'engageait à mener ce projet à terme qui pour but de proposer un produit compétitif sur le marché des services par satellites estimé à 240 milliards en 2020.

_________________
C est un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l humanité

Neil Armstrong
avatar
dolise
créateur

Masculin Messages : 1327
Age : 47
Localisation : la voie lactée

http://cosmos.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Que deviennent les 2 premiers satellites Galileo ?

Message par dolise le Sam 5 Nov 2011 - 13:57

Mise à poste depuis Toulouse
Les 2 satellites PFM et FM2 de Galileo ont été placés par la fusée Soyouz à une altitude d’environ 23 200 km le 21 octobre. Débute maintenant la phase de mise à poste qui permettra de positionner les engins à l’endroit précis de la constellation finale du système Galileo.

Tout d’abord, les équipes d’opérations vérifient le bon fonctionnement des équipements et des sous-systèmes vitaux des satellites et les mettent dans leur configuration de vol.

Suite à cela, ils seront placés chacun sur une orbite de dérive. Objectif : laisser s’espacer les 2 satellites de 40° mais aussi les conduire sur la position orbitale précise qui leur a été attribuée.

Les 1ers tests des instruments à bord seront alors réalisés en parallèle de cette longue manœuvre par les équipes du centre spatial allemand, DLR, et de l’opérateur de réseau satellite Telespazio à Oberpfaffenhofen en liaison avec le centre de Redu en Belgique.

Après quelques jours, la dérive sera stoppée en ramenant les 2 satellites à l’altitude de l’orbite Galileo, soit 23 222 km. Les équipes d’opérations engageront alors les manœuvres de positionnement fin garantissant l’altitude finale des 2 engins à moins de 5 m près.

La phase de mise à poste des 1ers satellites opérationnels de Galileo est réalisée depuis le centre spatial toulousain par une équipe intégrée de 60 personnes du CNES et du centre opérationnel de l’ESA (ESOC – European Space Operations Centre), dans le cadre d’une coopération débutée en 2004.

Elle s’appuie sur un réseau de 7 stations coordonnées depuis Toulouse et déployées à travers le monde. Il est prévu que les mises à poste des satellites suivants soient réalisées alternativement par l’équipe CNES/ESOC à Toulouse et à Darmstadt.

_________________
C est un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l humanité

Neil Armstrong
avatar
dolise
créateur

Masculin Messages : 1327
Age : 47
Localisation : la voie lactée

http://cosmos.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Galileo(localisation par satéllite)

Message par dolise le Jeu 22 Déc 2011 - 16:14

Galileo émet ses premiers signaux de navigation

Les deux satellites IOV lancés par une fusée Soyouz depuis la Guyane ont commencé à transmettre leurs premiers signaux dits de navigation. À partir de 2014, plusieurs satellites Galileo additionnels formeront un véritable «GPS européen».

le 12 décembre, sa station d’écoute de Redu en Belgique avait reçu les premiers signaux de navigation émis par les IOV et qu’ils répondaient aux performances attendues.


La station d’écoute de Redu en Belgique

_________________
C est un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l humanité

Neil Armstrong
avatar
dolise
créateur

Masculin Messages : 1327
Age : 47
Localisation : la voie lactée

http://cosmos.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Galileo(localisation par satéllite)

Message par dolise le Mar 20 Mar 2012 - 13:53


Une manifestation à l’intention des médias sera organisée le 29 mars prochain à la station ESA de Redu (Belgique) afin de marquer la fin des essais de validation en orbite des deux premiers satellites de la constellation Galileo.

_________________
C est un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l humanité

Neil Armstrong
avatar
dolise
créateur

Masculin Messages : 1327
Age : 47
Localisation : la voie lactée

http://cosmos.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Déploiement des ailes solaires d’un satellite Galileo FOC

Message par dolise le Sam 13 Juil 2013 - 15:56


La photo montre la vérification au centre technique de l’ESA aux Pays-Bas du déploiement des ailes du dernier satellite Galileo en date. Chacune des deux ailes solaires du satellite de navigation mesure 1m par 5m et emporte plus de 2500 cellules solaires dernier cri, à arséniure de gallium, qui fourniront son énergie au satellite pendant ses douze années d’activité.
Un gréement qui fait contrepoids soutient le déploiement pour éviter que les délicates ailes dépliables, conçues pour se déployer dans le vide spatial, s’effondrent sous l’effet de la gravité de la Terre.
Avec les quatre premiers satellites ‘In-Orbit Validation’ (validation en orbite) déjà en orbite, celui-ci est le premier du reste de la constellation européenne satnav.
Ces satellites ‘Full Operational Capability’ (FOC - pleine capacité opérationnelle) fournissent les mêmes services opérationnels que leur prédécesseurs, mais sont construits par une nouvelle équipe industrielle. OHB à Brême, Allemagne, construit les satellites tandis que Surrey Satellite Technology Ltd à Guildford, Royaume-Uni, fournit les charges utiles de navigation.
Ce satellite est seulement le premier d’une série de 22 satellites commandés à OHB. Il est arrivé à l’ESTEC, Centre Technique et de Recherche de l’ESA à Noordwijk mi-mai pour débuter une rigoureuse campagne de tests dans des conditions de lancement et de vide spatial afin de garantir qu’il est prêt à être lancé.
Le tout premier test à avoir été effectué une fois le satellite sorti de son container était un test de compatibilité système, qui consiste à effectuer une liaison entre  le satellite et les centres de contrôle de Galileo en Italie et en Allemagne, comme s’il était déjà en orbite.
Les ailes de Galileo, dont les cellules solaires ont un rendement de 30%, ont été fournies par Dutch Space, situé tout près de là à Leiden, et fixées à la fin du mois de juin.
Les ailes des prochains satellites seront fixées à OHB avant leur arrivée à l’ESTEC, mais ce premier satellite a permis aux ingénieurs de Dutch Space de former leurs homologues de OHB à la procédure.
“Les 22 satellites Galileo FOC sont produits et testés par lots, ce qui est une nouvelle manière de travailler pour l’ESA,” explique Jean-Claude Chiarini, qui supervise l’approvisionnement des satellites FOC pour l’Agence.
 “L’idée est de mettre en place un flot continu de satellites entre l’OHB et l’ESTEC, puis Kourou, pour des lancements au cours des prochaines années.
 “Les quatre premiers subiront un test complet de validation, pour vérifier que la conception sous-jacente est correcte, et corroborer la qualification formelle au sol de la conception. Les satellites FOC suivants subiront des tests d’acceptation, dont le but est de vérifier la maîtrise du travail effectué. ”
Les satellites FOC, même s’ils ressemblent à leurs prédécesseurs, ont été conçus avec ce concept de production à l’esprit. Des modules articulés permettent un accès facile aux sous-systèmes internes afin de pouvoir effectuer rapidement une réparation ou l’échange éventuel d’une partie défectueuse.
Le prochain satellite doit arriver vers le début du mois d’août. La batterie de simulations comprend des tests de vibrations, des essais acoustiques et des essais thermiques sous vide – ceci afin de soumettre les satellites au vide et aux températures extrêmes de l’espace pendant plusieurs semaines d’affilée.

_________________
C est un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l humanité

Neil Armstrong
avatar
dolise
créateur

Masculin Messages : 1327
Age : 47
Localisation : la voie lactée

http://cosmos.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

RÉUSSI

Message par dolise le Ven 26 Juil 2013 - 5:10

C'était son premier test en conditions réelles. Mercredi 24 juillet, au centre de contrôle de Galileo, dans la ville de Fucino en Italie, le futur système de positionnement par GPS Européen a fait la démonstration de son efficacité.
Pour ce faire, les quatre satellites en orbite qui composent actuellement Galileo ont été mis à contribution. En effet, il faut au minimum 4 satellites pour effectuer un positionnement en trois dimensions (longitude, latitude et altitude). Les deux premiers ont été lancés en octobre 2011 et les deux suivants en octobre 2012.
Actuellement, avec seulement 4 satellites dans les airs, la constellation ne permet un positionnement que pendant 3 ou 4 heures par jour. Mais les futurs lancements de satellite pallieront ce manque jusqu’à l’établissement d’une couverture permanente.

ÉCONOMIE. "D'après certaines études de marché, on estime qu'en 2009, 6 à 7% du PIB de l'Europe (soit 800 milliards d'euros) dépendent de la navigation par satellite, aujourd'hui fournie par les États-Unis. Et cette dépendance s'accroit chaque jour un peu plus. Avec Galileo, l'Europe pourra exploiter les possibilités du GPS à une plus grande échelle", précise la Commission Européenne dans un autre communiqué.

_________________
C est un petit pas pour un homme, un bond de géant pour l humanité

Neil Armstrong
avatar
dolise
créateur

Masculin Messages : 1327
Age : 47
Localisation : la voie lactée

http://cosmos.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Galileo(localisation par satéllite)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum